Sélectionner une page

Debout la France refuse la liste commune

 

Au mois de juin 2018, Marie-Hélène Miguaise a été nommée chargée de mission, responsable départementale de Debout la France. Elle-même en charge du sud-Mayenne (Château-Gontier), deux autres responsables de circonscription ont également été nommés pour Laval et Mayenne. DLF en Mayenne représente une trentaine d’adhérents et Marie-Hélène Miguaise indique clairement être chargée de refonder le parti dans le département, c’est-à-dire en oubliant totalement, que Nicolas Dupont-Aignan était présenté comme éventuel 1er Ministre de Marine Le Pen en cas de victoire aux Présidentielles.

S’insurgeant contre le choix politique de son président national, cette dernière comme Philippe Serre avant elle, assure être une « gaulliste patriotique » ! Je suis tenté sur ce point de lui demander de quelle période il s’agit ? de la période 1940 auquel cas je la suis sans difficulté ou de celle de 1962 pour laquelle je ne suis plus du tout !

Mais parlons plutôt d’avenir, dans la mesure ou DLF évoque sans cesse la nécessité du rassemblement et de l’union des patriotes. Dont acte ! Mais dans ce cas, pourquoi DLF en Mayenne a présenté des candidates contre le RN (FN à l’époque) aux élections législatives du mois de juin 2017, dans les trois circonscriptions ?  Et pourquoi Marie-Hélène Miguaise refuse de répondre à ma proposition de liste commune pour les élections prochaines : municipale, départementale et régionale ? L’isolement dans lequel DLF semble se plaire augure mal de l’avenir pour notre pays puisque ceux qui devraient s’unir, préfèrent s’isoler pour une question d’égo !

Il est significatif de constater que ceux qui ont participé au fameux « Appel d’Angers » et n’arrêtent pas d’évoquer « l’union des droites », refusent la main tendue du RN. Nicolas Dupont-Aignan le premier et plus récemment Jean-Frédéric Poisson qui a indiqué qu’il ne figurerait pas sur une liste européenne conduite par une personnalité RN ? Que cherchent-ils, faire quelques points chacun dans leur coin, et plomber durablement la droite nationale et patriotique qui est majoritaire dans notre pays ?

En Mayenne, aux élections législatives dernières, DLF représentait 1,05% dans la 3ème circonscription, 1,34% dans la seconde et 1,24% dans la 1ère, soit environ 500 voix dans chacune. N’eut-il pas mieux valu réunir nos forces à ce moment-là, plutôt que d’envisager désormais , d’aller chacun de son côté aux prochaines échéances électorales ?

Je pense toutefois que les électeurs de DLF sauront faire preuve de plus de réalisme politique que leur dirigeante départementale. Je les appelle d’ailleurs, dès maintenant à me contacter s’ils se reconnaissent dans mon analyse de la politique locale afin de s’investir dans le combat municipal à nos côtés. Ils y ont toute leur place.

 

Jean-Michel CADENAS

Délégué Départemental RN 53

Membre du Conseil National